Un séjour « Solos » au Mans

Depuis plusieurs dizaines d’années, la Fondation La Cause organise des séjours pour les solos/célibataires/veufs/divorcés, qui souhaitent rencontrer d’autres solos dans un cadre fraternel, fun et spirituel. Le séjour du Nouvel An est devenu un incontournable : c’est l’occasion de passer le cap de la nouvelle année “en famille élargie”, de visiter de nouveaux lieux, de se recueillir et de faire la fête ! Cette année, il avait lieu près du Mans, ville des rillettes et du karting. Des participants partagent ici leur retour d’expérience.

Séjours  » Solos  » au Mans, fin décembre © DR

 

Oser sortir de sa zone de confort

 

C’était la première fois que je participais à une initiative de La Cause et je ne savais pratiquement rien de ce mouvement. Je me suis inscrite car j’ai reçu l’invitation et parce que des sœurs de l’Église protestante de Nantes m’en ont parlé. Donc, j’ai eu confiance… Et j’ai très bien fait !! Je dois dire que j’ai rarement passé une fin d’année aussi joyeuse, conviviale et spirituelle à la fois. L’organisation a été impeccable et bienveillante à la fois, toutes les propositions ont été de haut niveau et riches en contenus. Mais surtout l’ambiance entre nous a été, même avec de complets inconnus, très agréable dès le premier soir. J’ai passé de magnifiques journées, entourée de joie et de sérénité, sous le regard de Dieu. J’ai rencontré de très belles personnes que j’espère revoir. Merci donc aux organisateurs, merci au Seigneur pour avoir donné cette belle inspiration et… merci aussi à moi-même d’avoir osé sortir de ma zone de confort pour rencontrer de nouvelles personnes. Parfois il faut vraiment le faire !

 

Barbara

 


Tisser des liens en peu de temps

 

À mon retour du Mans, ma psy m’a posé ces questions « Que cherchiez-vous en allant à ce séjour ? Qu’en attendiez-vous ? » Bonne question ! Était-ce l’amour avec un grand A ? L’occasion d’ouvrir son horizon ecclésial en rencontrant des chrétiens d’autres dénominations ? Passer un Nouvel An dans un environnement bon enfant, alternant conversations profondes et fous rires ? 
C’était un peu tout cela à la fois. C’est toujours une gageure d’arriver dans un groupe inconnu et de tisser des liens en peu de temps. Cela est possible grâce au partage de nos situations respectives, mais aussi des aspirations, craintes et projets pour l’avenir.
Je ne sais pas ce qui a créé le plus de lien. Étaient-ce les cocktails antillais préparés avec amour, les parties de Dixit jouées avec sérieux mais si drôles, les tours de karting à tout berzingue (on est aux 24h du Mans ou non ?) ou la première randonnée de l’année avec le soleil qui perce sur la cime des arbres.

 

Alors oui, la nuit, certains s’improvisent joueurs de trompette dans leur sommeil. D’autres n’ont pas la même conception du partage pour la nourriture, ni le même répertoire de cantiques. Mais j’ai rencontré l’Amour avec un grand A, celui de Jésus manifesté dans ce petit groupe de personnes imparfaites mais qui se font grâce les unes aux autres à la suite de leur Maître. Merci !

 

V.

 


Des moments bénis

 

J’ai eu l’occasion de participer à plusieurs séjours solos avec La Cause. Cela a été à chaque fois des moments bénis, avec des temps de partage entre chrétiens de toutes dénominations, sans aucun jugement et sans se mettre la pression, des temps d’échanges, de discussions et de partage autour de la parole de Dieu, mais aussi des occasions de découverte des diverses régions de notre magnifique France : Côte d’Azur, Cévennes, Alsace, Savoie, Vaucluse, Sarthe, avec des promenades, randonnées, sorties culturelles, plage ou loisirs au programme. De vrais moments de qualité, tant au niveau humain que spirituel. Et au-delà de l’expectative pour certains de trouver l’amour, de nouvelles amitiés.

 

Sylvie


 

Une réponse au soupir de mon cœur

 

Ce séjour Nouvel An a été vécu comme un temps de consolation et de rafraîchissement pour terminer l’année 2023. Ces quatre jours ont été une réponse au soupir de mon cœur. Il y a des soupirs qui sont longs et accompagnés de lassitude et de larmes. Des soupirs qui ont la couleur d’une désillusion mais aussi d’un cri de guerre et d’un besoin de nouvel espoir.

 

J’ai vécu ce temps avec mes « semblables ». Cela faisait longtemps que ce mot n’avait pas traversé mon esprit et surtout mon cœur. J’ai vécu avec des personnes qui ont les mêmes préoccupations que moi. Parfois le même cheminement de pensée dans la façon de vivre le quotidien. J’ai eu l’impression d’avoir plusieurs miroirs devant moi qui m’ont renvoyé ce que j’ai pu être et ce que je suis. Mais aussi de ce que je veux/peux devenir.

 

Nous avons vécu des temps très différents et la diversité de ces temps était enrichissante : faire des jeux, danser, chanter, louer Dieu, prendre l’apéritif et le détail qui fait la différence… pouvoir faire des siestes. Aller se balader, discuter, avoir le loisir de ne pas être d’accord et s’enrichir par la différence… Pouvoir prier ensemble et avoir cette conviction que le ciel s’est ouvert juste pour nous qui sommes parfois juste « là pour être utiles » tout en étant invisibles aux yeux des autres…

Mais surtout être entendus, écoutés ! C’est un verbe qui a parfois du mal à se conjuguer dans notre société où on veut avoir des réponses à tout prix.

 

Les résolutions du début d’année avaient un goût différent. Car elles se sont imposées à moi comme une évidence : une responsabilité que j’avais à prendre pour moi et plus que moi. Ces résolutions ont pris racine car je me suis sentie aimée, écoutée mais aussi servie. Mon réservoir d’amour a pu être rempli ainsi que mon réservoir d’une vision d’un avenir plein de promesses. Des aspirations, une espérance, voire des rêves ont commencé à sortir de terre. Merci à l’équipe de La Cause pour son engagement et son amour et merci à chacun car j’ai beaucoup reçu et appris. Belle continuité pour l’année 2024 !

 

Coralie

 

 

Contact

    Prochains séjours " Solos "

     

    SOLOS

     

    La cause 

    Contact