Réussites et échecs d’une utopie

RÉCIT

Les Murs Blancs, Léa et Hugo Doménac, Grasset, 2021, 320 p., 20 €.

Les auteurs sont les petits-enfants de Jean-Marie Domenach, résistant et ancien directeur de la revue Esprit dont il a été le deuxième directeur après la mort d’Emmanuel Mounier le fondateur de la revue et du personnalisme communautaire. Ce mouvement d’idée spiritualiste chrétien avait pour but de rechercher une troisième voie entre le capitalisme libéral et les fascismes. Le respect de la personne est la valeur fondamentale du personnalisme que Mounier oppose à l’individu. La personne, c’est l’être tout entier, chair et âme.
Les Murs Bancs, c’est la propriété, à Châtenay-Malabry, où Emmanuel Mounier et cinq autres familles ont décidé de vivre en 1939 dans une vie à la fois individuelle et familiale mais aussi communautaire.
Les auteurs nous font revivre les réussites et les échecs de cette utopie mais illustrent aussi l’influence très importante qu’ont eue ces hommes et la revue sur les milieux intellectuels et politiques français des années 1930 aux années 1950. Ce sont tous les combats portés par la revue Esprit et par une gauche non communiste qui nous sont rappelés : la résistance, la guerre d’Algérie, la décolonisation, la lutte contre le communisme, la construction de l’Europe, mai 68, les prisons…
Beaucoup d’intellectuels, d’hommes politiques, d’artistes ont fréquenté cette demeure et les hommes qui y habitaient, notamment Jacques Juillard, Jacques Delors, Michel Crozier, Alfred Grosser et même des présidents de la République comme François Mitterrand ou bien sûr Emmanuel Macron qui dit que Paul Ricœur est à l’origine de son engagement politique.
Une place particulière est faite à Paul Ricœur qui rejoindra les Murs blancs en 1957, décrit comme le grand intellectuel qu’il était, (Emmanuel Mounier aurait dit « Tous les autres feront des essais. Ricœur, lui, fera une œuvre ») mais aussi comme un homme détestant les responsabilités pratiques.
Je ne résiste pas à l’envie de rappeler l’anecdote suivante. En 1957, Jean-Marie Domenach fut convoqué par deux cardinaux et un archevêque et, lui et la revue, menacés d’être condamnés. Il répondit que lui, catholique, se soumettrait mais qu’Esprit n’étant pas catholique, il en confierait la direction à Paul Ricœur. La conversation s’arrêta nette. Mieux valait sans doute être un mauvais catholique qu’un bon protestant.

Christian Roux