La JMP, ça vous parle ?

Un avenir à espérer

La Journée mondiale de prière (JMP) est un événement important dans la vie de nos communautés. Plusieurs Églises locales proposent une célébration œcuménique.

Parler en acronymes, c’est à la mode. Il suffit de voir les quelques enseignes nouvelles qui fleurissent dans nos villes et villages.

La prière, un champ d’action

Ce succès tient sans doute à plusieurs aspects : il y a d’abord le besoin, si présent à notre époque, de faire court et rapide, d’aller au plus direct. Vient ensuite le côté mystérieux qui pourrait donner envie aux « non-initiés » de pousser la porte, pour découvrir ce qui se cache derrière les lettres… pour beaucoup d’entre nos lecteurs cependant, la JMP est déjà bien connue comme étant la « Journée mondiale de prière » : une démarche que l’on doit à quelques femmes de la fin du XIXe siècle, qui décidèrent d’occuper pleinement le rare champ d’action auquel leur époque les avait confinées : la prière. Quand d’autres partent en guerre, écrivent des pamphlets dans les journaux ou bien se lancent dans les affaires, il reste, à celles et ceux qui ne disposent pas de tous ces moyens, la force de la relation à Dieu.

Et un temps de communion

Vécue en commun, la prière devient ce temps de communion qui traverse les diverses confessions chrétiennes, les langues et les pays, pour atteindre chaque homme et chaque femme qui en ressent le besoin. Tour à tour, différentes situations se trouvent éclairées par l’intercession qui monte de chaque coin du monde… Cette année, le comité international de la JMP nous entraîne outre-manche, à travers le regard que posent sur leur région quelques femmes d’Angleterre, d’Irlande du Nord et du Pays de Galles. Ainsi informés des défis qui y sont rencontrés, c’est en connaissance de cause que nous pourrons confier à Dieu des situations bien concrètes dont certaines sans doute ressembleront aux nôtres. Et parce que prier Dieu, c’est aussi accepter qu’il nous emploie pour nous exaucer, nous pourrons également apporter notre offrande pour que se réalisent des projets essentiels, soigneusement discernés.
Rendez-vous donc le vendredi 4 mars pour la Journée mondiale de prière. Grâce à Dieu nous avons « Un avenir à espérer » (Jérémie 29.11) : faisons donc nôtre cette belle devise, annonciatrice du printemps qui vient.

Claire des Mesnards, pasteure à Nîmes – Centre-Ville

Site de la JMP.

Les célébrations prévues dans la région Ouest.

———-